Résidence Beltaine

La Jaguère - Allée Françoise Dorléac, 44000 Rezé

919

Programme

105 logements collectifs répartis en 6 bâtiments, dont 40 logements en accession libre, 35 logements locatifs sociaux, et 30 logements abordable, occupant l’ilot 5 de l’écoquartier de la Jaguère à Rezé

Concepteurs

  • GUINÉE * POTIN- architectes
  • PHYTOLAB- paysagistes

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • ATARAXIA Promotion Immobilière
  • Atlantique Habitations
  • MFLA-GHT

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2018

Surface(s)

Surface de plancher = 7119 m2
Suface habitable = 6464 m2
Surface local d'activités = 60 m2

Coûts

8 737 000 € (HT) dont VRD/EV (220 000 € (HT))soit 1350 €/m2 shab compris VRD/EV

Concilier « densité » et « parc en infiltration » : Une parcelle hameau.
Les enjeux, tant urbains qu’architecturaux et paysagers de l’îlot 5 de l’écoquartier de la Jaguère sont d’envergure : il s’agit de contribuer à l’écriture de l’identité d’un nouveau quartier de Rezé, riche d’une situation géographique et paysagère stratégique.
L’îlot 5 est un espace de transition, tant dans sa géographie, la topographie du lieu que dans son rôle dans le paysage. Sa localisation dans le paysage rural rezéen et les nouvelles zones urbanisées lui offre un rôle majeur dans l’insertion du projet urbain dans le grand paysage. C’est une parcelle-hameau à travers laquelle on passe de l’urbain au grand paysage par les notions de vie de quartier, de jardins privatifs, de sentes piétonnes, d’espaces communs.

En prolongement du travail d’insertion fine des constructions dans la topographie, l’accès des véhicules dans l’îlot sera limité pour renforcer le concept de « parc en infiltration» et accompagner le promeneur vers le grand paysage. Les abords des bâtiments deviennent des espaces de croisement, de rencontre entre les habitants et les visiteurs.

L’implantation des 6 constructions ayant des caractéristiques précises (épaisseur, gestion du stationnement, orientation, rapport au bâti avoisinant, traitement des abords immédiats…) et un objectif ambitieux en terme de densité, notre parti pris a été le suivant : respecter les principes d’alignement et de continuité bâtis en RDC, tout en offrant une séquence rythmée de gabarits variés, du R+2 côté Parc au R+3+attique côté Place de la Jaguère.
Cette variation subtile de gabarits s’accompagne d’une composition volumétrique alternant des volumes linéaires à des volumes plus compacts, de façon à « hybrider » les programmes sans qu’il y ait une perception immédiate entre, accession libre, abordable, ou sociale.

Les porosités proposées par ces séquences rythmées de gabarits et d’alternance de volumes, ont vocation sur la place de la Jaguère, à marquer les traversées de l’îlot, d’Est en Ouest. Cette porosité s’inscrit en continuité du plan de l’urbaniste ou les îlots sont disposés en « peigne » d’Ouest en Est.
Du Nord au Sud, de généreuses césures entre les constructions offrent des séquences visuelles et une promenade piétonne et cyclable alternative.

Deux matérialités enveloppent les immeubles :
– A l’Ouest, deux bâtiments, en contact direct avec le parc, sont en ossature bois habillée de bardage bois naturel Douglas.
– 4 bâtiments, au Sud et à l’Est, plus urbains, sont recouverts d’une peinture blanche nacrée. Ils jouent ainsi avec la lumière, renvoyant des teintes subtiles selon l’orientation.
– les attiques de ces derniers bâtiments, ‘maisons sur le toit’ sont également construits en ossature bois habillés de bardage Douglas.
Les bâtiments sont enveloppés de balcons filants, aux garde-corps métalliques laqués blancs. Ils ondulent légèrement et sont ponctués de rangements extérieurs privatifs rythmant les façades et créant une vibration chromatique.

Les bâtiments sont ponctués en attique par des jardins d’hiver, et en rez de chaussée par la façade du local d’activité ou par un généreux hall/salon sur la Place.
Les jardins d’hiver sont de type « serres », composés d’éléments verriers et d’ossatures légères, en écho au paysage maraîcher environnant.
Ce traitement des façades offre ainsi une alternance de matériaux et procure une palette chromatique et de textures, générant une variété cohérente de matérialités depuis l’espace public et les chemins de promenade alentours.


Approche environnementale : Insertion du projet dans l’Ecoquartier de la Jaguère, Rezé.
Projet HPE (RT2012 -20%)

Bureau(x) d’études : Naonec / Iba / Tual / Sud Vrd
Photographe : Stéphane Chalmeau

À voir aussi...