Le Nant’île

Boulevard Vincent Gâche et boulevard des Martyrs Nantais de la Résistance, 44200 Nantes

1345

Programme

118 logements collectifs en accession libres et 14 logements accession sociale, une salle commune, espace mutualisé cogéré d’environ 50 m², 8 locaux commerciaux et 6 plateaux de bureaux.

Concepteurs

  • LEIBAR & SEIGNEURIN- architectes

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • ATARAXIA Promotion Immobilière
  • GALÉO

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2018

Surface(s)

Terrain 6 347 m²
SDP de logements 8 615 m²
SDP de commerces 1600 m² 8 locaux commerciaux en RDC des bâtiments et 3300 m² SDP de bureaux sur 6 niveaux

Coûts

Coût construction logements : 1 468 € HT/m² habitable (hors VRD, dépollution, démolition et fondations spéciales)
Coût construction bureaux : 1 270 € HT/m² SU
Coût construction commerces avec vitrine : 946 € HT/m²
SUVRD - Aménagement extérieur : 463 000 € HT
Fondations spéciales : 527 000 € HT
Terrassement : 305 000 € HT
Coût travaux + aménagement : 19 210 000 € HT

Documents

Le Nant’île renoue avec les fondamentaux du quartier et conjugue les vocations (vivre, habiter et travailler), dans une intensité propre à la ville dense. Inscrit dans l’écosystème riche et complexe de l’île de Nantes, il entretient, par son implantation et sa silhouette, un dialogue fertile et respectueux avec son site, favorable aux mobilités douces, posté le long du trajet de Chronobus.
Le Nant’île s’insère délicatement sur le site de l’îlot dit « Citroën ». Sa silhouette, ses matériaux et ses couleurs mais également son rapport à la rue, fort et singulier, lui permettent de s’intégrer avec cohérence dans la trame urbaine et paysagère mais aussi de dynamiser les mobilités à l’échelle de la ville et de l’îlot, tout en offrant à la nature une place importante.

1/Une réalisation inscrite dans un projet urbain ambitieux

Le Nant’île est le résultat d’une réflexion soucieuse de s’inscrire dans les grandes orientations urbaines s’appliquant à l’échelle de l’îlot.
Trois grands principes structurent cette réalisation :

Proposer une volumétrie en lanières qui s’inscrit dans la continuité des implantations linéaires de l’existant :
Dans le prolongement linéaire de la halle du Jardin des Fonderies et du bâtiment qui lui fait face, l’implantation se fait sur deux axes Est-Ouest :

  • l’un continuant le front urbain le long du boulevard Vincent Gâche.
  • l’autre prolongeant celui des Fonderies.

Ainsi deux bâtis en lanière se dessinent sur l’îlot générant un entre-deux où l’espace public s’immisce, tissant le lien attendu entre le boulevard Roche et le Jardin des Fonderies, tant sur la rue Louis Joxe que dans le prolongement de l’allée des Hélices.

Générer des porosités visuelles et piétonnes, tisser une continuité manifeste et fluide de tous les espaces non bâtis :
L’enjeu porté par cette réalisation est d’instaurer une continuité spatiale entre les espaces publics entourant la parcelle et les espaces non bâtis au cœur du projet, sans aucune barrière, qu’elle soit physique ou visuelle.
Ainsi, le Nant’île étend en parfaite continuité, le traitement existant de l’espace public de la place des Fonderies sur l’ensemble des espaces libres de l’opération.
De plus, les rez-de-chaussée des deux lanières sont percés de deux brèches piétonnes qui connectent les rues périphériques à l’allée des Hélices, et proposent un adressage sur toutes les façades des bâtiments.

Enfin, sur chaque lanière les volumétries se découpent en deux ensembles donnant à lire « en profondeur » le projet.
Mettre en œuvre une grande diversité de configurations spatiales permettant de générer autant de manière d’habiter :
L’enjeu étant d’offrir une véritable diversité, susceptible de créer une dynamique urbaine riche et multiple, en d’autres termes de « continuer » la ville. Ainsi, il est possible d’habiter en rez-de-chaussée protégé de plusieurs filtres, de bénéficier de l’agrément de généreuses terrasses en surplomb de l’espace public, de vivre en duplex sur les toits, de profiter « incognito » d’une vue exceptionnelle sur la Loire…

2/Des façades reflétant la diversité du programme

Le Nant’île s’organise autour d’une dualité de matières et d’écritures architecturales reflétant les deux grandes familles programmatiques du projet : bureaux et logements. Le bâtiment accueillant les plateaux de bureaux, s’habille d’un mur rideau vitré, composé de lames verticales et horizontales en aluminium anodisé de teinte bronze. Leur densité répond à la nécessité de protection solaire selon les orientations.

Les bâtiments de logements se parent d’une peau de béton blanc perforée, tel un moucharabieh, avec des percements carrés ou proportionnels au rectangle d’or.

Le Nant’île joue un rôle dans la vie de son quartier, avec ses rez-de-chaussée actifs dévolus à des commerces, ses habitants relayant ses salariés, il dessine une forme de microcosme vivant en phase avec les différents biorythmes de l’Île de Nantes. Il propose des espaces verts dans la continuité du jardin des Fonderies et fédère ceux qui y vivent et y travaillent.
La grande diversité de configurations spatiales permet de générer autant de manière d’habiter: logements évolutifs avec une pièce en plus en fond de terrasse, logements jumelés « 2 en1 », des duplex double hauteur sur séjour ou double hauteur sur loggia, des logements traversants, des duplex aux derniers niveaux pour profiter incognito de la vue sur l’île de Nantes.

Approche environnementale : En réponse aux objectifs de performances énergétiques, le Nant’île suit les principes de conception « bioclimatique » :

  • l’implantation des locaux techniques et commerces en rez-de-chaussée minimise l’impact des déperditions par le sol sur les logements en formant des zones tampons.
  • la compacité limite les déperditions des logements.
  • la captation des rayons solaires, grâce à une proportion optimisée de la surface vitrée par rapport à la surface habitable, couvre naturellement une partie des besoins en chaleur des logements et minimise les dépenses de consommation électrique dues à l’éclairage artificiel.
  • l’installation de menuiseries et de doubles vitrages très performants et la mise en place de volets roulants motorisés et de balcons ou loggias sur une majeure partie des façades des collectifs apporte une protection solaire au logement situé à l’étage du dessous, selon une implantation architecturale conçue à cet effet.
  • un excellent confort d’été passif, un excellent niveau d’isolation de l’enveloppe et de son étanchéité à l’air et une construction soignée supprimant les ponts thermiques complètent le tout.

Les bâtiments sont alimentés pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire à partir du réseau de chauffage urbain de la ville de Nantes. Les bureaux sont pourvus quant à eux de pompes à chaleur réversibles assurant les besoins de chauffage et de refroidissement.
L’opération assure donc un niveau de performance énergétique RT2012 -20% pour la partie logements et RT2012 -10% pour la partie bureaux.


Bureau(x) d’études : Tual (BE Fluides) et IBA (BE Structure)
Photographe : Patrick MIARA – WE ARE CONTENT(S) – FRANCOIS DANTART

À voir aussi...

Ar
1177

Pôle médical et logements

La Chevrolière
Ar
1180
Ar
1187