Espaces publics gare nord

Parvis de la gare nord, esplanade Pierre Semard, 44000 Nantes

460

Programme

Le projet Coeur de Nantes s’articule autour de quatre enjeux : un centre habité, actif, accessible et attractif. Ce projet d’ensemble se décline en de nombreuses actions ambitieuses et concrètes depuis 15 ans. En agissant très fortement sur ces quatre axes de développement, le projet des espaces publics de la Gare Nord et la transformation de la gare elle-même constituent des éléments majeurs de ce dispositif de transformation de la ville. Ici se joue la première image de Nantes pour le voyageur qui arrive (et ils sont de plus en plus nombreux chaque année). Se joue le plaisir de découvrir mais aussi celui de revenir chez soi. Pour ce faire tous les ingrédients de l’aménagement sont importants : la qualité du parvis, la qualité de l’insertion du tramway et de sa station, la lisibilité des parcours notamment vers le centre-ville, l’apaisement de la circulation automobile, la qualité de l’insertion du stationnement Silo existant, etc.

Concepteurs

  • PHYTOLAB- paysagistes (mandataire)

Commune

  • Nantes

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Nantes Métropole

Thèmes

  • Aménagement
  • Urbanisme

Année de réalisation

2019

Surface(s)

3 hectares

Coûts

13 000 000 euros HT

Documents

Le cœur de la place Gare-Jardin devient un espace entièrement piéton. Le voyageur a un accès direct au tramway, au Jardin des Plantes et peut rejoindre facilement le centre-historique de Nantes par le quai du commandant Charcot.
Le quai devient une grande promenade piétonne confortable reliant la gare au centre historique de Nantes. La plateforme tramway en parallèle du quai Charcot est végétalisée et met à distance la circulation automobile. Près du tunnel du canal Saint-Félix, des gradines ouvrent l’espace et révèlent la présence de l’eau. Auparavant techniques, les abords de l’Erdre ainsi mis en scène deviennent un lieu d’usages et marquent le départ du canal de Nantes à Brest.
Le Jardin des Plantes se découvre : deux grandes portes de part et d’autre des magnolias bicentenaires ouvrent généreusement le Jardin sur l’espace public et révèlent toute la beauté du site. La porte des Cerfs permet un nouvel accès au Jardin et met en valeur la statue monumentale de l’artiste animalier Georges Gardet qui l’avait conçu pour le Jardin des Plantes en 1911.
Le Jardin des Plantes se diffuse dans la ville et devient une ossature des nouveaux espaces publics : le parvis de la gare devient le point d’orgue de ce mariage ville-jardin. L’invitation vers le Jardin des Plantes se fait via les éclats botaniques disposés sur la place, chacun offrant une ambiance bien caractéristique.


Approche environnementale : Au coeur de Nantes, dans son centre-ville historique l’ambition est de « sortir le Jardin des Plantes de ses murs » en répandant dans les rues et tout le long de la « Promenade Nantaise » une majorité d’essences horticoles variées qui affirme ce « savoir » dans l’histoire de la ville. C’est la possibilité de créer un véritable arboretum au pied du Chateau, de varier les collections le long du Canal Saint Félix dans une logique de connaissance des végétaux de rives…
Le rapport d’échelle et la révélation de l’architecture patrimoniale pose la question de « quel arbre dans la ville ?». En tenant compte du climat Nantais, et des fluctuations d’intensités lumineuses naturelles, il s’agit d’utiliser une majorité de plantes caduques afin de profiter des qualités de mi-ombre l’été, de lumière l’hiver tout en étant un moyen très simple d’exprimer les saisons. Les surfaces plantées sont doublées et accompagnées de la plantation d’environ 160 arbres.
Les « éclats botaniques » du parvis sont de véritables extensions du Jardin des Plantes car ils sont non seulement parfois traversés par les visiteurs, plantés de grands végétaux spectaculaires mais leur matérialité rappellera le jardin : jeux de rochers, étiquetage des plantes, traitements spécifiques des sols…
Eclat d’Extrême Orient
A peine quittée la gare, débute le voyage… Le Pinus sylvestris et le Sophora japonica encadrent la traversée extrême-orientale, où un riche cortège de végétation basse s’agite entre les rochers émergents. Le Cornus controversa ‘Pagoda’ étend son feuillage en larges plateaux tandis que le Prunus x Yeodensis annonce le printemps.
Les Éclats Piquants
Gare aux curieux : attention ça pique ! La végétation montre ici ses griffes, ses armes pointues et parfois tranchantes. Zanthoxylum simulans, Yucca glauca et Agave americana montrent leurs défenses mais se laissent attendrir par la douceur des feuillages de Festuca mairei, Stipa pennata et Euphorbia myrsinites…
L’éclat Austral
Coup d’oeil aux Antipodes et le voyage bascule… D’un massif arbustif venu des territoires australs, surgissent les Eucalytus camaldulensis et Eucalyptus gunni. Leurs souples ramures s’accommodent des vents d’Ouest venus d’un océan qu’ils ne connaissent pas.
L’éclat méditerranéen
Retrouver l’odeur de l’été, le voyage se dirige vers le bassin méditerranéen et met à notre portée un extrait de sa végétation emblématique avec des Myrtus communis ‘Compacta’, des Euphorbia ‘Copton Ash’ et des Salvia interrupta. Prenant patiemment de la hauteur, des Quercus suber et Quercus ilex réchauffent les rêveries du badaud.
L’éclat d’Amérique du nord
Un saut en Amérique et l’on s’impatiente de l’automne! Les racines ancrées dans la végétation dense d’un continent lointain, un Acer freemannii ‘Autumn Blaze’, un Taxodium distichum et un Liriodendron tulipifera élèvent leurs feuillages si caractéristiques au-dessus des migrations pendulaires des voyageurs pressés.
L’éclat frais
S’y réfugier lorsque vient l’été, à l’ombre du grand Acer saccharinum, trois Dicksonia antarctica sortent de la brume légère et prennent place au milieu du feuillage exubérant des Astilboides tabularis et de la généreuse floraison de l’Aruncus dioicus. Déjà l’automne et le Nyssa sylvatica se pare de feuilles rouges. Déjà l’hiver et les fougères se cachent.
L’éclat des magnolias
S’incliner, gardiens depuis deux siècles, les majestueux Magnolias grandiflora invitent à faire une dernière halte avant de passer les grandes Portes du Jardin des Plantes. Patienter des jours et sentir enfin les premières fleurs embaumer la Place. S’en émerveiller et être prêt pour un plus grand voyage encore : celui de l’écrin botanique qui s’offre à nos sens.

Bureau(x) d’études : Forma6 architecte / Arcadis be VRD / Studio Vicarini concepteur lumière partenaires techniques : SEVE Nantes, Colas, ID Verde
Photographe : Phytolab

À voir aussi...

Lycée Caroline-Aigle

Nort-sur-Erdre
Ar
274

TRYO

Nantes
Ar
281

Cos’Yle

Nantes
Ar
282

Capitainerie

Piriac-sur-Mer
Ar
286