Les Évadées

2 La Retarderie, 44680 Saint-Mars-de-Coutais

1039

Programme

Réhabilitation/Surélévation d’une maison individuelle

Concepteurs

  • Atelier du Ralliement

Commune

  • Saint-Mars-de-Coutais

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Privée

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2022

Surface(s)

117m2 SP, dont 39m2 créés

Coûts

170 000 €ht

Documents

À proximité du lac de Grandlieu, un habitat existant de plain-pied à la toiture très dégradée fait l’objet d’une intervention architecturale globale. Elle convoque des matérialités multiples et des ambiances lumineuses riches, tout en prenant soin du socle existant et en limitant l’emprise au sol ajoutée. Deux immenses chevêtres habités caractérisent une surélévation pensée comme une généreuse toiture capable, offrant en mezzanine des espaces adaptables. À la manière des observatoires du lac, les deux larges bandeaux horizontaux donnent à voir les richesses des paysages proches et lointains.


Approche environnementale : En plus des mises en oeuvre atteignant les résistances thermiques nécessaires, divers principes bioclimatiques guident l’intervention globale, avec notamment l’implémentation d’un jardin d’hiver au Sud-Ouest. Protégé en saison chaude par un débord de toiture marqué, il est la source d’apports solaires conséquents en saisons froide et intermédiaire. Malgré son orientation Nord-Est, la pièce de vie principale est baignée de lumière naturelle grâce à la mezzanine. Cette orientation est un atout en saison chaude, et la correction thermique en béton de chanvre y confère une hygrométrie maîtrisée.
Descriptif technique : La surélévation est conçue en structure bois avec divers isolants bio-sourcés selon localisation : laine de chanvre en remplissage des montants et entre chevrons porteurs, laine en coton recyclé en seconde couche entre chevrons porteurs, laine ou fibre de bois en complément par l’extérieur. Au RDC, pour le bâti principal existant, un béton de chanvre banché et mis en oeuvre de manière participative corrige thermiquement les murs en pierre de la pièce de vie principale. Certaines banches en cp filmés ont été nettoyées et ré-employées en cloisonnement au RDC. La finition bois des doublages de toute la surélévation est en cp peuplier. Autre forme de réemploi, la surtoiture bois est réalisée avec des lames de terrasses douglas déclassées car présentant des défauts visuels.

Photographe : François Massin Castan

Maison Zola

Quartier Zola, 44100 Nantes

1018

Programme

Réhabilitation et extension d’une maison de ville

Concepteurs

  • 1 - BERRANGER & VINCENT Architectes

Commune

  • Nantes

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Privée

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2021

Surface(s)

160 m2

Coûts

NC

Documents

Un ancien quartier ouvrier tout proche du centre-ville de Nantes constitue un lieu d’habitations où ruelles, impasses et murs de pierre lui confèrent des airs de campagne.
Inhabitée depuis plus de 30 ans, la maison, ou ce qu’il en restait, a servi d’atelier à une famille de maraîcher. Le projet de réhabilitation s’inscrit dans cette idée de garder l’image de cette
architecture typée.
Ainsi les volumes et les façades sont préservées, seule une extension vitrée s’avance discrètement sur le jardin. Les matériaux bruts sont minutieusement choisis pour garantir des
ambiances chaleureuses et lumineuses.


Approche environnementale : Démarche HQE – Conception bioclimatique (matériaux
biosourcés – Fermacell, laine de bois, menuiseries bois –
réemploi, récupération des eaux de pluie)

Photographe : François Dantart

La maison autour de l’arbre

Les Mortiers, 44810 Héric

1162

Programme

Construction d’une maison individuelle

Concepteurs

  • Figura

Commune

  • Héric

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Privée

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2021

Surface(s)

76 m2

Coûts

Viabilisation et assainissement : 19 000€HTConstruction : 139 000€HT

Documents

La maison prend place dans un hameau rural en périphérie de Nantes. La volonté de préservation des terres agricoles, conjuguée à la forte croissance démographique, a mené à une forte densification du hameau. Les grands jardins ont été divisés, créant dans leur profondeur de nombreuses parcelles. Des maisons neuves ont pris place sur ces terrains, mettant en oeuvre une esthétique commune, celle du pavillonnaire : toiture plate et double pans ardoises, enduit au diverses couleurs, menuiseries aluminium et volets roulants. Egalement issue d’une division parcellaire, la maison autour de l’arbre s’installe en second rideau. Dans cette nouvelle partition rurale, la maison se vêtit des mêmes codes architecturaux que les pavillons voisins. Simplicité géométrique, enduits et toiture plate. Les pavillons se regardent au travers des champs et des grands chênes.

La maison autour de l’arbre est composée de trois volumes, dont le jeu de composition vient entourer un grand Liquidambar. Les trois volumes offrent trois programmes distincts : les communs, la distribution et les espaces privés. Leur organisation, en forme de L, induit trois façades : La façade d’entrée offre des lignes simples, héritées de la composition volumétrique ; la façade des espaces privés s’ouvre sur les prés par une suite régulière de fenêtres ; autour de l’arbre, les façades aux hauteurs irrégulières entourent un espace de terrasse s’inscrivant dans le prolongement de l’espace habité.

Dans un soucis de rationalité esthétique et économique, les matériaux employés dans la construction ont été laissés bruts. La structure, en maçonnerie traditionnelle, se laisse entrevoir dans le séjour par l’expression d’une poutre en béton banché. La charpente, en épicéa, est apparente dans l’ensemble de la maison. La chape, poncée et vernie constitue l’ensemble des sols. La gaine rigide en aluminium, expression du fonctionnement technique de la maison, traverse l’espace du séjour. La façade s’exprime avec simplicité, vêtue d’un enduit blanc et de menuiseries en aluminium anodisé. La pose des baies fixes et des porte-fenêtres verticales est au nu extérieur de la maçonnerie, permettant à l’espace intérieur d’être au plus près du jardin.


Approche environnementale : RT2012
Réduction maximale des ouvrages de second oeuvre : pas de sol fini, pas de faux-plafond

Bureau(x) d’études : Ascia ; Kalegos
Photographe : Arthur Crestani, Figura