Pôle Multi-accueil – Petite enfance

RUE PIERRE MENDES FRANCE, 44640 Saint-Jean-de-Boiseau

1002

Programme

Conception d’un pôle multi-accueil de 24 places et d’un espace RAM (Relais assistant.e.s maternel.le.s).

Concepteurs

  • Jba (Architecte-économie)

Commune

  • Saint-Jean-de-Boiseau

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Ville de Saint-Jean-de-Boiseau

Thèmes

  • Aménagement

Année de réalisation

2022

Surface(s)

S.H.A.B. : 400 m² - SP : 370 m²

Coûts

1 126 100 € HT

Documents

Le multi-accueil s’implante en centre-bourg de Saint Jean de Boiseau, au cœur d’un îlot très hétérogène composé de pavillons d’habitation individuels et d’équipements existants formant un petit pôle actif autour de l’éducation et des loisirs : l’école maternelle, le gymnase et leur parking.
Il s’agit donc de composer avec ce paysage ordinaire, de concevoir une entité à la fois autonome dans son fonctionnement et répondant à un environnement déjà bien constitué, tout en anticipant ses potentialités d’extension future.
Le multi-accueil de Saint Jean de Boiseau est conçu comme un objet architectural sculpté par son contexte. Sa forme en étoile répond aux lignes de force des existants. Ce jeu d’avancées et de reculs génère à l’intérieur, un cœur de bâtiment qui rassemble et distribue dans les ailes les différents espaces et au-dehors, des espaces extérieurs enveloppant et sécurisant pour les enfants, mais aussi se distanciant des fonds de jardin des maisons individuelles à l’Est.
L’image architecturale recherchée est celle d’un volume uni, où façades et couverture constituent une seule enveloppe, une seule matière. La finesse des débords de toit et les toitures en pente douce évoquent les bâtiments alentour ou rappellent l’imaginaire de l’enfance autour de la « cabane en bois », tout en affirmant une écriture contemporaine.
L’architecture du multi-accueil développe un vocabulaire qui joue avec les notions d’ouverture et de fermeture, de filtre et de transparence. Depuis l’extérieur, les variations d’opacité de la clairevoie en bois filtrent les regards et garantissent la tranquillité des usagers. A l’intérieur, les espaces de vie sont pensés à hauteur d’enfant : le bâtiment de plain-pied facilite les déplacements, le mobilier est dessiné de manière à être facilement préhensible et adapté au quotidien des enfants et des assistantes maternelles, les allèges des baies sur le jardin sont abaissées pour permettre aux petits de s’y asseoir et de voir dehors.


Approche environnementale : Le bâtiment est construit en mur en ossature bois isolé et revêtu d’un bardage bois à l’opacité variable selon qu’il passe devant le vitrage ou non. Le bardage bois constitué de lames de différentes largeurs est en douglas pré-grisé pour assurer sa tenue dans le temps. La toiture est recouverte d’une membrane d’étanchéité avec des chéneaux encastrés et invisibles. Elle est ensuite revêtue du même bardage pré-grisé.

Bureau(x) d’études : IBA (Structure – Fluides), ECMS (OPC)
Photographe : Juan Cardona

Ancienne manufacture réhabilitée en Bureaux

3 Rue Lavoisier, 44100 Nantes

1084

Programme

Réhabilitation d’une manufacture en bureaux rue Lavoisier à Nantes (One point, salle de bien-être/sportive, ateliers, salles de réunions, bureaux individuels, open space, espaces de productions, espace détente, bibliothèque, FabLab, rooftop).

Concepteurs

  • Jba (Architecte-économie)

Commune

  • Nantes

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • BATI NANTES

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2021

Surface(s)

SP : 2911 m²

Coûts

7 100 000 € HT

Documents

CONTRAINTES DU SITE :
Les caractéristiques urbaines et architecturales du site font sa complexité mais aussi sa richesse. Le bâtiment étant inscrit au patrimoine nantais, ses façades sur la rue devaient conserver leur aspect général d’origine : patrimoine industriel de grande qualité témoignant du passé faubourien de ce quartier proche des bords de Loire et de l’ancienne gare maritime.
Les très nombreuses différences de niveau du bâtiment d’origine ont compliqué la conception de sa réhabilitation mais leur conservation a permis de sauvegarder la singularité des lieux : des perspectives qui se renouvellent sans cesse, plongées, contre-plongées, effets de belvédères, offrant une multiplicité de vues intérieures.
Sa localisation en cœur de ville a complexifié l’accès au chantier mais se révèle être aussi un atout indéniable pour abriter une jeune entreprise ambitieuse qui a besoin d’une adresse remarquable, facilement accessible, et dont le rayonnement dépassera celui du quartier.
IDEE FORTE DU PROJET ET SES PRINCIPALES DECLINAISONS:
Le plan tripartite du bâtiment d’origine est conservé et valorisé: deux nefs latérales et une centrale dont la charpente métallique soutient une verrière qui éclaire généreusement l’ensemble des niveaux. Cet atrium monumental fait la singularité du bâtiment et rassemble les intentions du projet : magnifier ce volume intérieur, profiter de l’apport de lumière indirecte propice aux usages de bureau.
Dès le porche d’entrée, la découverte de l’atrium est progressivement mise en scène. La cour intérieure joue un rôle d’intermédiaire entre la rue et les bureaux : garer son vélo, être accueilli, téléphoner protégé des intempéries… La finesse de l’ouvrage de serrurerie métallique qui clôt les ouvertures sur la rue assure de la lumière naturelle et des vues jusque dans la salle de réunion à l’étage.
A rez-de-chaussée l’atrium est polyvalent, il distribue les différents espaces et services (cafétéria, détente, sport…). Les étages sont davantage isolés de l’atrium, mis à distance par une coursive, pour garantir le calme dans les bureaux. Différents types d’espaces de travail sont développés : grandes salles de réunion plénière, petites salles de groupes, bureaux individuels, espaces de travail collectif, alcôves pour téléphoner etc… Nombreuses sont les vues sur l’atrium depuis les espaces de travail, apportant lumière et sensation d’espace. La reconstruction de l’attique permet d’ouvrir un rooftop, offrant des vues imprenables sur les toits nantais.
Allier conservation patrimoniale et écriture contemporaine
La qualité des matériaux d’origine anoblit la facture industrielle du bâtiment historique. Soubassement et chainage en pierres de taille (calcaire), larges baies et leurs particularités (œil de bœufs, arches en anse de panier), régularité et symétrie de la trame des ouvertures sont revalorisés par une rénovation au plus proche de l’origine. A la pierre est associé un matériau contemporain, le métal, dont la teinte sombre rehausse la clarté du calcaire. La simplicité contemporaine des encadrements métalliques habillant les tableaux des baies existantes s’associe parfaitement avec la sobriété de la façade d’origine. La silhouette de l’attique est conservée et retraduite en zinc à joints debout verticaux, assumant sa modernité.
SYSTEME DE CONSTRUCTION ET MATERIAUX UTILISES:
Une analyse structurelle du bâtiment existant a conclu que la structure de ce bâtiment, abandonné depuis de nombreuses années, avait été fortement endommagée par des infiltrations. Il n’a pas été possible de conserver la structure existante. Seules les façades classées au patrimoine nantais ont été conservées. L’ensemble des fondations, structures horizontales et verticales, a été reconstruit en béton armé, assurant la stabilité des façades existantes. Seul l’attique a été construit en structure et charpente bois, le tout revêtu de zinc sombre.
Les encadrements des fenêtres en pierres de taille sont rénovés et leurs tableaux habillés d’un cadre métallique sombre, donnant à lire l’épaisseur des murs existants.
L’imposante porte cochère fait l’objet d’un ouvrage de serrurerie dont le dynamisme du dessin apporte une touche contemporaine.
L’ancienne cheminée d’usine en brique est conservée, constituant un signal fort depuis le quartier et accentuant la visibilité du site tout en rappelant son origine industrielle.


Financement :
Privé

Bureau(x) d’études : Archimage (Architecte d’intérieur), Legendre (Entreprise générale), Tual, IBA
Photographe : François Dantart